Meeting with the french artist Romain Jacquet-Lagreze

Rencontre avec le photographe français Romain Jacquet-Lagrèze, résidant à Hong Kong depuis 4 ans et auteur de la série « Vertical Horizon ». Il est actuellement exposé du 1er Aout au 19 Septembre 2014 au AO Vertical Art Space dans le quartier de Chai Wan, à l’Est de Hong Kong Island.

Hasht-Art : Quel est votre parcours d’études ?

Romain Jacquet-Lagrèze : tout d’abord, j’ai commencé une formation sur 3 ans d’ingénieur multimédia à l’IMAC (Image, Multimédia, Audiovisuel et Communication), rattachée à l’Université Paris-Est à Marne-la-Vallée en banlieue parisienne. Cette formation m’apporta des compétences en audiovisuel. J’ai pu faire suite à ma formation un stage de graphisme aux Etats-Unis, puis un autre au Japon. Puis je suis arrivé à Hong Kong en 2009, où je suis actuellement à mon propre compte. Étant une personne très « touche à tout », je voulais un maximum élargir mon expérience. D’ailleurs c’est à Hong Kong que je me suis dirigé doucement vers la photographie.

HA : Pourquoi ce choix de faire de la photographie ?

RJL : Pour moi, l’Art est un moyen de s’exprimer, de ressentir, de créer une démarche non planifiée. La photographie m’est donc venue de manière naturelle. Par ailleurs, je pense que la photographie est un art où l’on saisie l’image telle qu’elle, parfois même à l’instant précis.

HA : En tant que photographe contemporain, qu’est-ce que vous aimez à Hong Kong ?

RJL : C’est une ville très visuelle. Chaque bâtiment que je croise m’inspire. Les immeubles sont immenses, et quand on n’est pas hongkongais, on passe beaucoup de temps la tête en l’air à admirer ces grands « sky creepers » que l’on ne trouve pas en France. Par ailleurs, les couleurs ici sont très particulières, très vives. Prendre des photos est donc pour moi ma façon d’exprimer ce que ressent dans cette ville, de montrer ce que je vois sous un angle très lumineux et coloré. Hong Kong est une ville qui ne cesse de se construire et qui innove beaucoup. Ce qui est différent de New York, où les bâtiments sont très anciens et beaucoup plus espacés.

HA : « Verctial Horizon » justement, une série photographie réalisée entre 2012 et 2013, présente votre travail sur cet environnement hongkongais très diversifié. Pouvez-nous nous en dire plus ?

RJL : Le travail a débuté en 2011 avec des photographies que j’avais commencées pour une série appelée « Global ». En 2012, j’ai repris la plupart de ces photographies, et j’en ai réalisé d’autres dans la même réflexion. Puis en 2013 pour la seconde édition du livre (paru en 2014). Le Nouvel Observateur en parlera ensuite de mes travaux dans leur journal. En clair, cette série dure depuis 3 ans. J’utilise comme appareil un réflexe Nixon avec en plus un objectif grand angle. La contre-plongée fut pour moi un véritable challenge. Je me sers en plus d’un filtre polarisant que je fixe sur mon objectif. Le filtre arrête ou laisse passer certains rayons lumineux en fonction de son orientation. Pour les prises de vues, je me levais tôt le matin, ou je travaillais en fin d’après-midi pour éviter les contre-jours. Ensuite, mes photographies sont imprimées sur papier métallisé sur plaque. Le tout recouvert « d’acrylic glass », une sorte de plexiglas.

HA : Vous êtes actuellement exposé au AO Vertical Art Space, jeune galerie hongkongaise avec qui vous travaillez depuis 1 an et demi. Pouvez-nous nous la présenter ?

RJL : Le AO Vertical Art Space est une jeune galerie ouverte dans une ancienne imprimerie. Par ce choix de localisation, la galerie a développé en plus de l’espace d’exposition un Book Store et une maison d’édition.  Ce qui m’a donc permis de publier en 2012 le livre « Vertical Horizon » sur la série photographique. La galerie a vu que le livre marchait bien et m’a proposé de continuer à travailler avec eux. En France, mes photographies ont plus été publiées dans des journaux français comme Le Nouvel Observateur, Grazia et National Geogrphic.

HA : au niveau des acheteurs, quelle sorte de personne s’intéresse à votre travail ?

RJL : Il y a deux sortes d’acheteurs qui achètent mes photographies. Tout d’abord l’expatrié à Hong Kong qui souhaite emporter avec lui un souvenir de la ville dans laquelle il a vécu. Puis il y a l’habitant hongkongais, qui s’y connaît souvent en urbanisme local. De manière générale, ce sont des photographies certes travaillées, mais dont le sujet va parler à tout le monde.

HA : Souhaitez-vous un jour exposer en France ?

RJL : Étant parisien, oui, si l’occasion se présente.

HA : Un mot sur Hong Kong aux internautes français ?

RJL : A Hong Kong, quand on est un jeune expatrié français, on a (en ce qui me concerne) une véritable impression de liberté. Beaucoup de gens tentent de nouvelles expériences ou de nouveaux projets qui marchent bien. En clair, tout est à créer ici à Hong Kong. Il y a beaucoup de possibilités.

« Hong Kong Today »
Romain Jacquet-Lagreze
August 1 – September 19, 2014
AO Vertical Art Space
13/F Asia One Tower, 8 Fung Yip Street, Chai Wan, Hong Kong
Romain Jacquet-Lagreze  website : http://www.rjl-art.com

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s